Le MOOC semaine 5

Nous sommes le 23 juin 10H30 semaine cinq.

Cette semaine Anne Besson nous parle de la fantasy dans les médias. Vaste et passionnant sujet.

Rohanec a initié un débat sur la distinction entre Fantasy et SF, me permettant de posté une réponse dans laquelle j’écris ce que je n’avais pu mettre dans mon exercice corrigé compte tenu de la limite du nombre de lignes.

retour vers le futur de la semaine dernière: Définition de la fantasy (et de la SF)

discussion posté il y a 2 mois par rohanec

Les vidéos de la semaine 5 m'ont clairement montré la définition de la fantasie (avec la prononciation d'une intervenante), par rapport à la SF. (bien sur, c'est simpliste)

La fantasie, c'est le passé du présent. La SF, c'est le futur du présent.

Effectivement, la SF parle (souvent) de problématiques d'aujourd'hui dans un monde futuriste, et pose des questions sur notre espoir en l'avenir. La fantasie, c'est au contraire le retour régressif vers un passé imaginaire recrée, dans lequel on peut oublier le désespoir d'aujourd'hui.

D'ailleurs, ça peut expliquer pourquoi les films de SF marchent, et pas les films de fantasie. Le coté régressif et personnel des derniers ne passe pas à l'écran, on ne peut pas oublier l'aspect énormément kitsch qui empêche le lâcher-prise. Comme un énorme plat de pâtes beurre et gruyère ne se montre pas en publique, mais tellement bon dans son canapé...

Même si je dirais que les films de SF ne sont pas vraiment de la SF... C'est avant tout généralement du grand spectacle. Ou plutôt ils en sont un reflet très pauvres par rapport à la littérature (pour la majorité).

Et j'aurais voulu le dire la semaine dernière, il y a bien un énorme succès de fantasie au cinéma qui existe depuis longtemps: Star Wars ! En effet, même si beaucoup le classe comme SF, c'est en fait un film de fantasie en utilisant l'histoire et les archétypes (mêlé à du western), utilisant un décor SF. Mais il n'y a aucune réflexion de SF dedans, c'est uniquement du décor. Alors que la base du film, c'est celui du jeune héro (arthurien) cherchant sa destinée. Après tout, il a une épée (laser), une princesse (soit, c'est sa sœur), un destrier (un vaisseau spatial qui fait poui-poui, soit totalement irréaliste en SF), des compères, un méchant ennemi qui est le roi (enfin, l'empereur) et il va devenir chevalier. Sans parler de Merlin (tout petit et tout vert, mais vieux).

Peut-être est-ce le fait que l'histoire ait été transposé dans un univers SF qui fait qu'elle fonctionne toujours, et pas Excalibur the movie.

En rapport à: Semaine 5 / Parlons-en... Semaine 5

5 réponses

  1. Mozane

    il y a 2 mois

    Il y a tout un débat quant à savoir où se classe Star Wars - Fantasy (Science Fantasy), Science-fiction (Space Opéra ou Science Fantasy).

    Tout dépend de votre définition de la Fantasy bien sûr, mais pour vous donner une idée, vous pouvez aller lire les arguments en faveur de telle ou telle classification dans le sujet Star Wars : fantasy ou science-fiction ?

    Bonne lecture!

  1. SK

    il y a 2 mois

    La SF peut aussi parler du passé, comme dans les uchronies (Histoires alternatives) ou avec le voyage dans le temps.

    Qui plus est, on dit souvent que Star Wars se passe dans le futur, alors qu'il est précisé au début de tous les films "Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine...". La série se place dans le passé.

    1. Je ne parlais pas de positionnement temporel, mais de l'état d'esprit du lecteur et de l'écrivain.

      Comme il a déjà été dit, on caractérise souvent la SF par une cause scientifique. Sans science ce n'est pas de la Science Fiction. Bien entendu c'est toujours une vue simpliste. Et les littératures se croisent et s'entrecroisent.

      Un voyage dans le temps avec une machine à voyager dans le temps (H.G. Wells) est de la SF. Un voyage dans le temps sans machine, c'est du fantastique ("Dans l’abîme du temps", nouvelle d'HP Lovecraft) ou de la fantasie.

      Quant à l'uchronie, c'est un style littéraire à part, qui n'est pas généralement de la SF. Il est plus ancien que la SF, et son renouveau a évolué en parallèle avec la SF. Beaucoup d'auteur de SF ont écrit des uchronies, mais la plupart ont été faites par des historiens ou des amateurs d'histoire.

      Si tu parles de Steampunk, c'est un courant mélangeant uchronie et SF. On a bien ici un futur du présent, sauf que ce présent se situe dans notre passé. C'est le futur tel que l'imaginait les auteurs de l'époque (Jules Vernes...).

      posté il y a 2 mois par rohanec

  1. nduflos

    il y a 2 mois

    J'ai été surprise de voir le film Excalibur de John Boorman classé en fantasy, pour moi c'est de l'ordre de la mythologie ou de la légende (médiévale, celtique). Ou alors faudrait-il classer les textes médiévaux sur la légende arthurienne en fantasy ?

    Quoi qu'il en soit, ce film n'a peut-être pas eu de succès, mais je trouve qu'il a, et garde malgré le temps, une grande force symbolique.

  1. scifan Assistant communauté d'apprentissage

    il y a 2 mois

    Ah la distinction entre Fantasy et SF, limité à théoriquement 25 lignes, j’ai expurgé de mon exercice corrigé le texte suivant :

    Dans une interview accordée à weekly alibi en septembre 99 à la question :

    Avec la manière dont la science progresse, pensez-vous que l'écriture de science-fiction est plus difficile aujourd'hui qu'elle ne l'était dans le passé ?

    Ray Bradbury a répondu :

    Tout d'abord, je n'écris pas de science-fiction. J'ai écrit seulement un livre de science-fiction et c'est Fahrenheit 451, basé sur la réalité. La science-fiction est une description de la réalité. La Fantasy est une description de l'irréel. Donc les Chroniques martiennes ne sont pas de la science-fiction, c'est de la Fantasy. Cela ne peut pas arriver, vous voyez ? Voilà la raison pour laquelle …… les Mythes ont le pouvoir de perdurer.

    http://weeklywire.com/ww/09-27-99/alibi_feat1.html

    D’ailleurs les chroniques martiennes furent publiées dans Weird Fantasy et non dans Weird Science avant la fusion des deux comics en Weird Science-Fantasy.

    Ce qui n’empêchera, ni Annick Beguin, ni Jacques Sadoul, ni Jacques Goimard, de citer les chroniques martiennes, dans leurs dictionnaires, anthologies, Encyclopédie de Science-Fiction.

    Pour moi, simple lecteur, l’appartenance à un genre n’exclus pas l’appartenance à un autre.

  1. IsabHel

    il y a 2 mois

    Moi aussi j'ai classé Star Wars en Fantasy après l'avoir longtemps considéré comme de la SF. Mais je crois qu'à la base, je ne faisais pas de distinction très définie entre les différents genres des "cultures de l'imaginaire".

La suite est ici : Évaluation par les pairs