Mes premières lectures furent vaillant hebdomadaire illustré paraissant tous les jeudis (proche du PCF) qui deviendra pif gadget en 1969. Avec de temps en temps un petit tour dans Spirou pour « Les belles histoires de l'oncle Paul ».

Puis dans la colonie de vacances (du ministère des finances) La Bourdinière  proche de Nogent-le-Rotrou dans l’Eure et loir, j’ai découvert à la bibliothèque la collection signe de piste (rare alors je vous mets le lien http://www.signe-de-piste.com/), j’en dévorais un par jour. Collection proche du mouvement scout lequel avait générer à la libération son pendant l’union des vaillants et des vaillantes, autour du journal vaillant qui n’était pas encore illustré. Vous voyez que je ne suis pas sectaire.      

En 1956  je tombe dans la collection anticipation des éditions Fleuve Noir, je vais en lire tous les numéros du 62 de 1956 au 1640 en 1988, dans les années 50 et 60 j’ai acquis 34 numéros antérieurs et postérieurement  au 1640 j’en ai 42 dont le dernier est le n° 1880 la collection s’est arrêtée au n° 2001 en 1997. Les plus anciens m’ont suivi dans 11 déménagements successifs. J’ai un côté collectionneur de livres Roland a donc un point commun avec moi.

Cette collection à fait beaucoup pour mon vocabulaire (rien pour mon orthographe) ma culture, ma curiosité, et mon ouverture d’esprit, à 12 ans quand les autres parlaient de foot, je parlais de trou noir, de super nova, de pulsar, d’antimatière, de vitesse de la lumière, de cryogénisation, de relativité, du voyageur de Langevin, de l’atome, d’univers parallèles, de parthénogenèse, de métissage inter espèces, de super ordinateurs vocaux tenant dans un pendentif, de courbure de l’espace-temps, de robots humanoïdes, de cyborgs, de voyages et de paradoxes temporels (vous savez vous remonté dans le temps par mégarde vous provoquer la mort d’un(e) de vos aïeux avant qu’il n’ait conçu de descendant, donc vous n’êtes jamais né, donc vous ne remonté pas dans le temps, vous ne provoqué pas la mort de votre aïeul(e), donc vous êtes né, vous remonté dans le temps etc…) Je ne serais pas qui je suis si je n’avais jamais mis le nez dans cette collection devenue cultissime. Le partage me permet de récupérer en ebook les numéros qui me manquent.

J’ai toujours beaucoup lu, il fut un temps où je sortais de l’appartement dans le 93, je lisais dans l’escalier, je lisais dans la rue pour aller à la gare, je lisais sur le quai, je lisais dans le train, je lisais dans les couloirs du métro gare du nord, je lisais dans le métro, je lisais en marchant avenue de l’opéra pour arriver au bureau rue sainte Anne, puis plus tard avenue de l’opéra.

Depuis j’ai lu Ray Bradbury, Isaac Asimov, Clifford D. Simak, A. E. Van Vogt, Philip K. Dick, Robert Silverberg, J.P. Andrevon, Poul Anderson, pierre pelot, Robert Heinlein, Harlan Ellison, Gérard Klein, Aldous Huxley (le meilleur des mondes), Georges Orwell (le pire « 1984 »),   L. Ron Hubbard (oui le fondateur de la scientologie a écrit de la SF) Mission terre et terre champs de bataille, et bien sûr le cycle de Dune de Frank Herbert, de Mary Doria Russell Le moineau de dieu (quelle chute, honnis soit qui mal y pense, j’ai adorer).

Je suis l’heureux possesseur des numéros 1 à 12 et 14 de la revue MARGINAL anthologie de l’imaginaire, parus de 1973 à 1977.

N’ai-je lu que de la SF ? Non fin des années 50 début 60 je lisais aussi les San Antonio, et les OSS 117 de Bruce. Au collège (d’enseignement commercial) j’ai lu Molière, Racine, Corneille, Zola, et Camus (l’étranger, j’ai détesté). Quand j’ai emménagé avec mon ex j’ai lu Mazo De la Roche,  Bernard Borderie. Sur les conseils de M Stieg Larsson la trilogie Millénium, je ne l’ai pas regretté.

Entre deux anticipations j’ai lu aussi Walter Scott, Agatha Christie, Maurice Leblanc, Gaston Leroux, Eugène Sue, Leslie Charteris, Paroles de Prévert, Le flâneur des deux rives d’Apollinaire, Stephen King, Bernard Werber, et d’autres.

Une femme le prophete prénommée جميلة, m’a offert entre autre son exemplaire du prophète de Khalil Gibran traduction de Camille Aboussouan (pour moi la meilleure) édition Casterman, cadeau d’amour, il est très longtemps resté sur ma table de nuit. Elle m’a aussi fait découvrir Mike Oldfield, et Tangerine Dream. Djamila si par le plus grand des hasards tu me lis du fin fond du Québec (si tu y est toujours). Merci pour tout ce que tu m’as apporté et comme tu peux le constater tu avais raison la fois suivante fut la bonne.

 

 

Dans les années 80 mon ainée m’a fait lire le seigneur des anneaux, elle a dû s’y reprendre à trois fois pour que j’aille jusqu’au bout. Je ne suis vraiment pas fan, le style sans doute, par contre j’ai beaucoup aimé les films. C’était déjà elle qui m’avait fait lire L. Ron Hubbard.  Bilbo le hobbbit fut plus facile à lire.

Je me suis offert l’intégrale Jules Verne, en vingt volumes reliés cuir chez un éditeur qui n’appartient pas à la bande du même nom, et le Tao Tö King de Lao Tseu dans la même édition.

Ma tribu c'est cotisée pour m'offir le coffret la Pléiade trois volumes "Les mille et une nuits". Je les adorent. j'ai lu les deux premiers tomes, j'aurais du commencer le troisième (c'est ma lecture de l'été) mais le MOOC m'a mis en retard.

Les Bds. Pour commencer les pieds nickelés, pour ce qu’ils sont, pour leurs têtes et surtout pour leurs noms qui doivent être prononcés, Croquignol, Filochard et Ribouldingue, ça roule en bouche un plaisir. Comme tout le monde Tintin, Astérix, un peu de tout de la flute à six schtroumpfs aux « fluide glacial » en passant par les « titeuf ».  Mon ainée, encore elle, m’a mis depuis quelques années à Sillage, les épées de verre, l’histoire secrète, les druides, et l’assassin royal.

Et aussi pour le lieu de lecture privilégié de la gente masculine, Super Picsou Géant. Voici d’ailleurs la bulle la plus subversive jamais écrite chez Disney, extraite du Super Picsou Géant Spécial Superhéros.

180000

La fantasy. A la fin des années 80 j’avais anticipé la question posée en 99 à ray Bradbury. « Avec la manière dont la science progresse, pensez-vous que l'écriture de science-fiction est plus difficile aujourd'hui qu'elle ne l'était dans le passé ? » sauf que pour moi c’était plutôt « avec la manière dont la science progresse, pense-tu que la lecture de science-fiction est plus difficile aujourd'hui qu'elle ne l'était dans le passé ? » et la réponse fut oui !

Et donc je lisais un peu de tout dont Le journal de Bridget Jones, puis Bridget Jones : l'âge de raison qui m’ont bien fait rire. Bref j’errais, quand un client de la librairie à suggérer à M de ma faire lire Roger Zelazny les neufs princes d’ambre, j’ai adoré, j’ai lu les préquels de John Gregory Betancourt Prélude aux Neuf princes d'Ambre, Jonathan Stroud, je lis simultanément au rythme des sorties George R.R. Martin, Robin Hobb, Raymond E. Feist, Pierre Grimbert, Lynn Flewelling, et Patrick Rothfuss, je tien à vous parler de son dernier livre « La musique du silence » dont j’aurai du demander aux intervenantes du MOOC s’il appartenait ou non à la Fantasy, je pense que non. Mais quel chef d’œuvre ce bouquin est un ovni, qui ne raconte rien, si ce n’est l’attente, la vie, l’ordre des choses, mais rien à voir avec l’insignifiance de la première gorgée de bière. Ayant lu les deux tomes des chroniques du tueur de roi auparavant je connaissais déjà Auri, et je pense que c’est peut être mieux. LISEZ CE LIVRE ! Parlez m’en.

J'en était sûr alors voilà Ce que j’ai oublié